Descriptif de l’éco-quartier

Historique du projet

Le projet d’éco-quartier à Lingolsheim relève de la politique de développement de l’habitat de la ville et notamment du Plan de Rénovation Urbaine signé en 2007.

A la fin de l’année 2005, la liquidation de l'entreprise COSTIL représentait l’aboutissement ultime de l'aventure industrielle des Tanneries de France à Lingolsheim, indissociable de l'histoire de la ville dès la fin du 19ème siècle. Cette liquidation posait dès lors la question du devenir de l'emprise foncière de cette entreprise et de ses murs et a très vite constitué la clé pour réussir l'opération de rénovation urbaine sur le territoire communal.

La commune a dès lors engagé des discussions avec les liquidateurs judiciaires pour trouver un accord de reprise de ce site afin de lui donner une vocation urbaine en lieu et place de son passé industriel. L’objectif que l’exécutif municipal s’assignait était de parvenir à la maîtrise foncière de ce site pour assurer son développement en harmonie avec les projets engagés.

Un autre enjeu majeur devenait le recyclage d’une friche industrielle abîmée par une exploitation industrielle relativement polluante.

Deux années d’études diverses auront permis de préciser les contraintes de ce site et la faisabilité du projet à travers un plan d’aménagement raisonné et un plan de gestion garantissant une dépollution compatible avec un usage résidentiel.

Nexity a entrepris ces études préalables pour l'aménagement de ce site industriel. Avec les services d'urbanisme de la communauté urbaine, la ville de Lingolsheim nous a précisé les objectifs à atteindre pour réaliser un éco quartier s'inscrivant dans le développement durable et les exigences du Grenelle de l'environnement.

L’ensemble de ce travail a abouti en octobre 2010 à l’obtention d’un arrêté de permis d’aménager autorisant 125 000m² SHON sur le site. Dès février 2011, les travaux de démolition des bâtiments existants, et notamment des installations du site Costil/Tanneries de France démarrent. Immédiatement après ce sont les travaux d’aménagement, consistant en la viabilisation des terrains (réseaux, voiries, assainissement) et l’aménagement des espaces publics (places, espaces verts) qui interviennent.

 

Faire du site des Tanneries un éco-quartier

Les objectifs de l'éco-quartier de Lingolsheim

 

Le défi environnemental et la durabilité du quartier se traduisent dans ce projet par des objectifs partagés par la ville de Lingolsheim, la Communauté urbaine de Strasbourg, l’aménageur et les constructeurs.

L’objectif majeur de l’opération des Tanneries est la reconversion d’un site industriel pollué et inexploitable à ce stade en un véritable éco-quartier, permettant aux habitants de la commune de Lingolsheim de se réapproprier cette zone et de la rendre agréable et saine sur le long terme.

Afin d’y parvenir, Nexity et la commune de Lingolsheim ont réellement travaillé en partenariat afin de faire coïncider les contraintes économiques d’un aménagement de cet ampleur avec la volonté d’innovation de notre  part ainsi qu’avec les orientations prioritaires de la ville.

Ce travail de concertation s’est concrétisé au travers de la définition d’un certain nombre d’objectifs à atteindre et donc à l’élaboration d’une méthodologie de moyens à mettre en œuvre pour y parvenir.

 

Implantation d'un quartier écologique à Lingolsheim

 

L’éco-quartier des Tanneries constitue un véritable nouveau morceau de la ville de Lingolsheim.

Il constitue le pendant en offre de logements du Parc Club des Tanneries, situé à son voisinage direct, et qui présente quant à lui environ 1000 emplois au travers d’une centaine d’entreprises.

Au niveau des autres quartiers de la commune, l’opération des Tanneries sera intégrée par un maillage viaire au Nord par la Route de Schirmeck (RD392), à partir de la rue des Peausseries et au Sud par l’avenue Schumann et par la rue de la Rivière.

L’éco-quartier est implanté au Nord-Est de la ville de Lingolsheim. Sa proximité avec le tissu urbain au Nord et à l’Ouest ainsi que sa vocation de quartier destiné à l’habitation impliquent qu’il soit relié aux quartiers environnants par des infrastructures de transports en commun.

Les futurs habitants devront pouvoir se déplacer en limitant l’usage de la voiture individuelle.

Plusieurs modes de déplacements seront développés :

  • modes de déplacements doux : création d’une piste cyclable qui reliera le quartier écologique des Tanneries à Lingolsheim et à Strasbourg
  • transports en commun : bus, tram-train (en 2014) et train (TER) permettant de joindre les quartiers proches, les villes de proximité et même de se déplacer à une échelle plus large.

Consultez notre plan de situation et transports ( format PDF : 744ko)

 

Ces modes de déplacements seront à proximité de l’habitant afin de l’inciter à s’en servir au détriment de la voiture individuelle pour des déplacements plus écologiques.

Le choix d’un urbanisme privilégiant les cœurs d’îlots

Le quartier des Tanneries est structuré par un axe longitudinal. Cet axe est un espace public qualifiant qui prend la forme d’un mail piéton, d’une place publique et d’une desserte, au cœur du quartier, pour les transports en commun, qui longe le parc et la noue végétale qui permettra de gérer la récupération des eaux pluviales du quartier.

Plan masse du quartier non contractuel et illustrant une proposition d’implantation des bâtiments

 

Des liaisons douces et écologique s'inscrivant dans une démarche de développement durable sont multipliées vers et depuis les quartiers voisins, se bouclant ainsi sur les voiries et cheminements existants ou projetés. Ces liaisons ont pour but de relier tout le secteur aux quartiers et aux arrêts de transports en commun de la ville.

Les seules liaisons automobiles autorisées se feront sur les voies latérales de l’opération et seront traitées de manière à limiter l’effet de la circulation.

Afin de limiter l’étalement urbain et de respecter les orientations du PLH, du Grenelle et du POS de la commune, aucun logement de type maison individuelle ne sera réalisé sur ce site. La totalité des îlots sera dévolue à de la construction d’immeubles de logements BBC collectifs et intermédiaires. Ce choix est d’autant plus pertinent au regard du bâti des quartiers environnants, plutôt dense également. Les îlots accueilleront des bâtiments allant de R+1+attique à R+6+attique.

Axonométrie illustrant la volumétrie générale du projet

Chacun des îlots composant le quartier est pensé comme une unité basée sur le principe de l’îlot ouvert. Les différents bâtiments édifiés sur ces îlots seront organisé autour d’un cœur d’îlot largement paysagé. Ce lieu de rencontres pourra avoir différentes destinations : jardins, potagers, espaces de jeux, lieu de détente.

 

Intégrer la nature en ville

La proportion d’emprise végétale publique sur le projet atteindra environ 2ha. Des haies bocagères, une prairie mellifère, un verger ainsi qu’une grande roselière en partie Sud donneront au quartier un « air de campagne » plutôt qu’une ambiance de square urbain sur-aménagé. La palette des végétaux mis en œuvre permettra de limiter la gestion (entretien et arrosage) et favorisera la biodiversité dans le quartier.

 

Le parc constituera un autre lieu majeur de sociabilité du quartier : jeux pour enfants, pré servant à des animations, miroir d’eau etc… La perméabilité fonctionnelle du parc permettra un accès facile à tous les résidents ainsi qu’au voisinage.

La palette arborée est diversifiée et la noue traversant tout le quartier du Nord au Sud est dimensionnée de façon généreuse de sorte à ne pas être perçue comme un objet technique, mais plutôt comme un élément fort de paysage.